La Révolution française

Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 3304
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

La Révolution française

Message par Montparnasse » 07 juillet 2016, 17:32

Camille Desmoulins (Montagnards), proche de Danton, contre la Terreur...

Image

(...)

Non, la liberté, descendue du ciel, ce n'est point une nymphe de l'Opéra, ce n'est point un bonnet rouge, une chemise sale ou des haillons. La liberté, c'est le bonheur, c'est la raison, c'est l'égalité, c'est la justice, c'est la déclaration des droits, c'est votre sublime Constitution ! Voulez-vous que je la reconnaisse, que je tombe à ses pieds, que je verse tout mon sang pour elle ? Ouvrez les prisons à ces deux cent mille citoyens que vous appelez suspects ; car, dans la déclaration des droits, il n'y a point de maison de suspicion, il n'y a que des maisons d'arrêt. Le soupçon n'a point de prisons, mais l'accusateur public ; il n'y a point de gens suspects, il n'y a que des prévenus de délits fixés par la loi. Et ne croyez pas que cette mesure serait funeste à la République. Ce serait la mesure la plus révolutionnaire que vous eussiez jamais prise. Vous voulez exterminer tous vos ennemis par la guillotine ! Mais y eut-il jamais plus grande folie ? Pouvez-vous en faire périr un seul à l'échafaud, sans vous faire dix ennemis de sa famille ou de ses amis ? Croyez-vous que ce soient ces femmes, ces vieillards, ces cacochymes, ces égoïstes, ces traînards de la Révolution, que vous enfermez, qui sont dangereux ? De vos ennemis, il n'est resté parmi vous que les lâches et les malades. Les braves et les forts ont émigré. Ils ont péri à Lyon ou dans la Vendée ; tout le reste ne mérite pas votre colère...
Que de bénédictions s'élèveraient alors de toutes parts ! Je pense bien différemment de ceux qui vous disent qu'il faut laisser la terreur à l'ordre du jour. Je suis certain, au contraire, que la liberté serait consolidée, et l'Europe vaincue, si vous aviez un Comité de clémence...

(Camille Desmoulins, Le Vieux Cordelier n°4, extrait du 20 décembre 1793)
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.

Avatar de l’utilisateur
Dona
Grand condor
Messages : 1738
Inscription : 04 janvier 2016, 21:45
Contact :

Re: La Révolution française

Message par Dona » 08 juillet 2016, 12:35

Envoyé à la guillotine par son meilleur ami, Robespierre... Le Comité de clémence a donné lieu au Comité de Salut Public. Desmoulins, trop modéré a été évincé tout comme Danton, héros révolutionnaire d'envergure. A pris place, à leur suite, un "héros" de la terreur, un puriste : Saint-Just... Ca n'a pas duré longtemps mais ça a fait beaucoup de dégâts... C'est l'époque où à Nantes a vu sévir Carrier, représentant de la République et décideur principal des "noyades de la Loire", par centaines... Son hôtel particulier a été loti en plusieurs appartements. Au même moment, la République envoie ses "colonnes infernales" commandées par Tureau... Traumatisme en Vendée : un génocide a été commis. Ca regorge de charniers dans ce coin-là mais aussi de fours à pain géants qui n'ont pas cuit que du pain...
Dans ce cas aussi, il existe des négationnistes ...

A citer, l'excellent film de 1989 : "La Révolution française" durée 6 heures qui se montre juste et rétablit les faits, c'est-à-Dire beaucoup d'injustices, de sang versé, de larmes. C'est aussi un portrait humain de Louis XVI et ses difficultés dà gouverner en pleine crise. C'est aussi un beau portrait de "L'Autrichienne" comme on l'appelait : la reine Marie-Antoinnette. Un film de ce nom s'est vu obligé de changer de titre : trop raciste (à l'époque), ça appelait à d'autres résonances raciales plus contemporaines cette fois.

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_R%C3%A ... ise_(film)

Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 3304
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Re: La Révolution française

Message par Montparnasse » 08 juillet 2016, 16:02

Elle aussi a été guillotinée mais elle a eu le temps d'écrire ça :

Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne

HOMME, es-tu capable d’être juste ? C’est une femme qui t’en fait la question ; tu ne lui ôteras pas du moins ce droit. Dis-moi ? Qui t’a donné le souverain empire d’opprimer mon sexe ? Ta force ? Tes talents ? Observe le créateur dans sa sagesse ; parcours la nature dans toute sa grandeur, dont tu sembles vouloir te rapprocher, et donne-moi, si tu l’oses, l’exemple de cet empire tyrannique.

Remonte aux animaux, consulte les éléments, étudie les végétaux, jette enfin un coup d’œil sur toutes les modifications de la matière organisée ; et rends-toi à l’évidence quand je t’en offre les moyens ; cherche, fouille et distingue, si tu peux, les sexes dans l’administration de la nature. Partout tu les trouveras confondus, partout ils coopèrent avec un ensemble harmonieux à ce chef-d’œuvre immortel.

L’homme seul s’est fagoté un principe de cette exception. Bizarre, aveugle, boursouflé de sciences et dégénéré, dans ce siècle de lumières et de sagacité, dans l’ignorance la plus crasse, il veut commander en despote sur un sexe qui a reçu toutes les facultés intellectuelles ; il prétend jouir de la Révolution, et réclamer ses droits à l’égalité, pour ne rien dire de plus.

Préambule

Les mères, les filles, les sœurs, représentantes de la nation, demandent d’être constituées en assemblée nationale. Considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de la femme, sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements, ont résolu d’exposer dans une déclaration solennelle, les droits naturels inaliénables et sacrés de la femme, afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs, afin que les actes du pouvoir des femmes, et ceux du pouvoir des hommes pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés, afin que les réclamations des citoyennes, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la constitution, des bonnes mœurs, et au bonheur de tous.

En conséquence, le sexe supérieur en beauté comme en courage, dans les souffrances maternelles, reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être suprême, les Droits suivants de la Femme et de la Citoyenne.

Article premier.

La Femme naît libre et demeure égale à l’homme en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

II.

Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de la Femme et de l’Homme : ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et sur-tout la résistance à l’oppression.

III.

Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation, qui n’est que la réunion de la Femme et de l’Homme : nul corps, nul individu, ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.

IV.

La liberté et la justice consistent à rendre tout ce qui appartient à autrui ; ainsi l’exercice des droits naturels de la femme n’a de bornes que la tyrannie perpétuelle que l’homme lui oppose ; ces bornes doivent être réformées par les loix de la nature et de la raison.

V.

Les loix de la nature et de la raison défendent toutes actions nuisibles à la société : tout ce qui n’est pas défendu par ces loix, sages et divines, ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elles n’ordonnent pas.

VI.

La Loi doit être l’expression de la volonté générale ; toutes les Citoyennes et Citoyens doivent concourir personnellement ou par leurs représentants, à sa formation ; elle doit être la même pour tous : toutes les Citoyennes et tous les Citoyens, étant égaux à ses yeux, doivent être également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leurs capacités, & sans autres distinctions que celles de leurs vertus et de leurs talents.

VII.

Nulle femme n’est exceptée ; elle est accusée, arrêtée, & détenue dans les cas déterminés par la Loi. Les femmes obéissent comme les hommes à cette Loi rigoureuse.

VIII.

La Loi ne doit établir que des peines strictement & évidemment nécessaires, & nul ne peut être puni qu’en vertu d’une Loi établie et promulguée antérieurement au délit et légalement appliquée aux femmes.

IX.

Toute femme étant déclarée coupable ; toute rigueur est exercée par la Loi.

X.

Nul ne doit être inquiété pour ses opinions mêmes fondamentales, la femme a le droit de monter sur l ’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la Tribune ; pourvu que ses manifestations ne troublent pas l’ordre public établi par la Loi.

XI.

La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de la femme, puisque cette liberté assure la légitimité des pères envers les enfants. Toute Citoyenne peut donc dire librement, je suis mère d’un enfant qui vous appartient, sans qu’un préjugé barbare la force à dissimuler la vérité ; sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.

XII.

La garantie des droits de la femme et de la Citoyenne nécessite une utilité majeure ; cette garantie doit être instituée pour l’avantage de tous, & non pour l’utilité particulière de celles à qui elle est confiée.

XIII.

Pour l’entretien de la force publique, & pour les dépenses d’administration, les contributions de la femme et de l’homme sont égales ; elle a part à toutes les corvées, à toutes les tâches pénibles ; elle doit donc avoir de même part à la distribution des places, des emplois, des charges, des dignités et de l’industrie.

XIV.

Les Citoyennes et Citoyens ont le droit de constater par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique. Les Citoyennes ne peuvent y adhérer que par l’admission d’un partage égal, non-seulement dans la fortune, mais encore dans l’administration publique, et de déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée de l’impôt.

XV.

La masse des femmes, coalisée pour la contribution à celle des hommes, a le droit de demander compte, à tout agent public, de son administration.

XVI.

Toute société, dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de constitution ; la constitution est nulle, si la majorité des individus qui composent la Nation, n’a pas coopéré à sa rédaction.

XVII.

Les propriétés sont à tous les sexes réunis ou séparés ; elles ont pour chacun un droit inviolable et sacré ; nul ne peut en être privé comme vrai patrimoine de la nature, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.

Postambule

Femme, réveille-toi ; le tocsin de la raison se fait entendre dans tout l’univers ; reconnois tes droits...
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.

Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 3304
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Re: La Révolution française

Message par Montparnasse » 09 juillet 2016, 10:55

Je suis en train de m'occuper de la bio de Proudhon pour le Dico. Je suis tombé sur ses réflexions ultra-mysogines et phallocrates. C'est à se rouler par terre de bêtise. Si j'osais, je vous mettrais bien quelques citations ; à la suite de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, ce serait du « plus bel effet ». :mrgreen:
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.

Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 3304
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Re: La Révolution française

Message par Montparnasse » 09 juillet 2016, 16:10

Bon allez, crotte, zut, flûte ! Je verrai bien si la modo me tape sur les doigts. J'espère que vous allez rire...

Pierre Joseph Proudhon (1809-1865) dans « La Pornocratie ou les femmes dans les temps modernes » :
« La femme ne peut être que ménagère ou courtisane. »

« La femme est un joli animal, mais c’est un animal. Elle est avide de baisers comme la chèvre de sel. » !!!

« Il faut absolument qu’un mari impose le respect à sa femme, et pour cela tous les moyens lui sont donnés : il a la force, la prévoyance, le travail, l’industrie. En aucune de ces choses, la femme ne saurait l’égaler. Le cœur de l’homme doit être plein de volupté de commander chez lui. Sans cela, l’homme disparaît. »
Après ça, en effet, il aurait gagné à disparaître...
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.

Avatar de l’utilisateur
Dona
Grand condor
Messages : 1738
Inscription : 04 janvier 2016, 21:45
Contact :

Re: La Révolution française

Message par Dona » 11 juillet 2016, 08:52

Révoltant de lire cela aujourd'hui !! Que l'auteur de "la propriété est un vol" ait tenu ce discours est saisissant ! Mais bon, ce n'est pas pire que Jules Ferry qui, dans les années 1880, disait : "Les races supérieures ont pour devoir celui de civiliser les races inférieures"...


Mais dis donc Montparnasse, nous ne sommes plus à l'époque de La Révolution française là !... :mrgreen:

Je ne te tape pas sur les doigts aujourd'hui... mais une autre fois peut-être : les femmes ne sont plus ces créatures décervelées telles que les nommait Proudhon ! ;)

Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 3304
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Re: La Révolution française

Message par Montparnasse » 11 juillet 2016, 09:00

Elles ne l'étaient déjà pas...

Je me demandais où tu étais passée...

Par contre, ça, c'est vrai : "Elle est avide de baisers comme la chèvre de sel." :mrgreen:
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.

Avatar de l’utilisateur
Dona
Grand condor
Messages : 1738
Inscription : 04 janvier 2016, 21:45
Contact :

Re: La Révolution française

Message par Dona » 11 juillet 2016, 09:15

Eh bien, en vacances... je suis très active : je couds et bricole beaucoup, écris beaucoup moins. Je sors aussi souvent, accompagnée d'une jeune pousse de 16 ans :) Et puis... il y a eu les soldes ! (pour nous, faibles femmes inconséquentes... :mrgreen: :mrgreen: )

Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 3304
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Re: La Révolution française

Message par Montparnasse » 11 juillet 2016, 09:16

Déjà des soldes ! Mais on vient à peine de finir celles de février !!!


Ca se voit que tu es un garçon !!! :) :)
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.

Avatar de l’utilisateur
Athanore
Jeune colibri
Messages : 23
Inscription : 01 juin 2016, 08:50
Contact :

Re: La Révolution française

Message par Athanore » 19 août 2016, 09:53

Merci @Montparnasse pour ce texte. Nous savons que la tête de Desmoulins comme celle de tant d’autres roula, mais je n’avais jamais pris directement connaissance avec sa prose.

Vers 14 ans, j’avais été fascinée par le film de Robert Enrico sorti en 1989 sur la Révolution française. J’ai commencé à lire énormément de bouquins sur le sujet à me documenter au maximum. Pendant mes études d’histoire j’étais incollable sur l’historiographie de la Révolution. Or, je dois vous confesser quelque chose : bien que réactionnaire, très choquée sur sort réservé à la famille royale et aux opposants à la révolution, je suis totalement fascinée par Robespierre et Saint-Just. Ce sont des figures condamnables mais aussi des énigmes pour moi. J’ai consacré beaucoup de temps à la décrypter. J’ai rassemblé leurs « oeuvres », les discours et essayé de comprendre leurs motivations, leurs inspirations etc.

Encore une fois, ce qui est paradoxal chez moi c’est que je suis entièrement d’accord avec Dona et ne nie pas ce qui serait le « génocide » vendéen. Je n’ai donc pas de vision folklorique de ce qui fut une purge politique.

Répondre