"Tromelin, l'île des esclaves oubliés"

Avatar de l’utilisateur
Dona
Grand condor
Messages : 1794
Inscription : 04 janvier 2016, 21:45
Contact :

"Tromelin, l'île des esclaves oubliés"

Message par Dona » 01 mai 2016, 18:33

Image



Wikipedia :
"Le fait divers singulier du naufrage de "L'Utile" sur l'île Tromelin a inspiré le livre "Les Naufragés de l'île Tromelin" d'Irène Frain paru en 2009. Au terme d'une enquête, l'auteur, qui a eu accès à la documentation rassemblée par Max Guérout du Groupe de recherche en archéologie navale (GRAN)30 et effectué un court séjour sur l'île, tente de percer le mystère des acteurs de ce drame et apporte sa vision du comportement des différents protagonistes et notamment du capitaine Lafargue et du lieutenant Castellan.

En octobre 2010, les éditions du CNRS et l'INRAP ont publié Tromelin - L'île aux esclaves oubliés, un ouvrage scientifique destiné au grand public. Ce livre s'appuie sur les recherches historiques effectuées depuis 2004 et sur les résultats des deux missions archéologiques effectuées en 2006 et 2008. "

Nantes est une ville très sensible sur tout ce qui touche à la traite des Noirs. En effet, son passé de cité négrière, complètement intégrée dans le commerce triangulaire, son passé donc n'en finit plus de surgir à tous les coins de rue. Les panonceaux historiques expliquent les différents lieux où s'effectuaient les cargaisons. Le Château des Ducs accueille, dans son musée, une salle entière dédiée à cette époque. L'association "Les Anneaux de la mémoire" veille à vulgariser cette période historique auprès des touristes et des scolaires. Le mémorial à l'abolition de l'Esclavage (le bâtiment le plus récent) se découvre au travers d'un chemin piétonnier pavé du nom des 2000 bateaux qui ont été impliqués dans la traite négrière.
Dernièrement, une très belle exposition (mais peut-on utiliser cet adjectif vraiment ?) était dédiée aux "Naufragés de l'Ile Tromelin".

Impressionnant : une langue de sable, perdue dans l'Océan aux alentours de Madagascar, jamais cartographiée à l'époque du naufrage, jamais habitée car trop hostile, a abrité pendant quinze ans des esclaves noirs, embarqués illégalement sur la frégate L'Utile en 1761, frégate de la Compagnie française des Indes orientales. Après un naufrage terrible, les rescapés ont survécu séparément sur une ile minuscule : les Blancs d'un côté, les Noirs de l'autre.
Sous l'impulsion de Castellan, les blancs conçoivent une prame (une sorte de radeau performant) avec les épaves du navire restées à proximité. Les noirs construisent le radeau. Ensuite, Castellan a embarqué son équipage blanc et promis aux esclaves de revenir les chercher dès qu'il pourrait. Les blancs ne sont donc restés que deux mois sur l'Ile de Tromelin. Les esclaves, quinze ans.
Castellan s'est battu des années pour obtenir un bateau assez puissant afin d' aller recueillir ce qu'il restait des personnes noires qu'il avait laissées. Elles étaient quatre-vingt : il n'en restait plus que 8...

L'intérêt du livre est que Irène Frain s'est servi de la documentation d'archives pour écrire son roman. Il n'est pas question de misérabilisme mais elle parvient à faire ressentir la prise de conscience progressive des ces blancs qui, rentrés au pays, prennent conscience de l'identité noire. La lutte pour obtenir un bateau est édifiante : dans les mentalités de l'époque qui donnait à un esclave la valeur d'un animal, il était incompréhensible qu'un noble, capitaine de navire soit habité d'un tel projet. Du coup, diverses rumeurs ont desservi Castellan et même tout son équipage. En plus ce naufrage n'était même pas digne d'un Robinson Crusoé, il ne faisait pas rêver... Et puis surtout, on savait que l'esclavage avait été interdit dans cette région hors ces esclaves-là, Castellan les avait abandonnés même s'il voulait aller les rechercher. Et puis si ce que les rescapés racontaient était vrai, on se demandait bien de quelle manière des noirs auraient pu survivre tous seuls sur une île aussi sauvage (un minuscule bloc perdu dans l'océan Indien, cerné par les déferlantes, harcelé par les ouragans ).
Bref, c'est tout cela que raconte Irène Frain. On aurait bien aimé savoir de manière plus concrète comment s'organisait la vie quotidienne mais le roman fait la part belle aux portraits des protagonistes plutôt qu'aux détails de la survie qu'on imagine très âpre (de l'eau saumâtre au fond d'un puits creusé dans le corail, tous les repas à base d'oiseaux qui ne volent pas).
C'est un livre troublant.


Diaporama de l'île: http://www.irenefrain.com/diaporama/les ... melin.html

Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 3511
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Re: "Tromelin, l'île des esclaves oubliés"

Message par Montparnasse » 11 mai 2016, 15:04

Très intéressant. J'étais passé à côté de ton roman.

C'est amusant, j'ai situé le début de mon poème "Madagascar", sur une île située au Nord-Est de Madagascar, l'Ile aux Nattes (Archipel Ste-Marie) tout près de l'île Tromelin. :)
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.

Répondre