Lettres de Baudelaire (1841-1866)

En vers ou en prose !
Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 3299
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Lettres de Baudelaire (1841-1866)

Message par Montparnasse » 29 avril 2016, 12:06

Je ne sais pas où mettre ça. Ce n'est pas de la poésie ni un essai ni un roman épistolaire ni le courrier des lecteurs plutôt le courrier des auteurs. Je range ça dans la case Poésie faute de mieux.

1855


A FERNAND DESNOYERS


Mon cher Desnoyers,

Vous me demandez des vers pour votre petit volume, des vers sur la nature, n'est-ce-pas ? sur les bois, les grands chênes, la verdure, les insectes, — le soleil, sans doute ? Mais vous savez bien que je suis incapable de m'attendrir sur les végétaux, et que mon âme est rebelle à cette singulière religion nouvelle qui aura toujours, ce me semble, pour tout être spirituel, je ne sais quoi de shocking. Je ne croirai jamais que l'âme des Dieux habite dans les plantes, et, quand même elle y habiterait, je m'en soucierais médiocrement et considérerais la mienne comme d'un bien plus haut prix que celle des légumes sanctifiés. J'ai même toujours pensé qu'il y avait dans la nature florissante et rajeunie quelque chose d'affligeant, de dur, de cruel, — un je ne sais quoi qui frise l'impudence.
Dans l'impossibilité de vous satisfaire complètement suivant les termes stricts du programme, je vous envoie deux morceaux poétiques, qui représentent, à peu près, la somme des rêveries dont je suis assailli aux heures crépusculaires. Dans le fond des bois, enfermé sous ces voûtes semblables à celles des sacristies et des cathédrales, je pense à nos étonnantes villes, et la prodigieuse musique qui roule sur les sommets me semble la traduction des lamentations humaines.
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.

Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 3299
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Re: Lettres de Baudelaire (1841-1866)

Message par Montparnasse » 03 mai 2016, 11:50

Pour ma part, je me considère comme consubstantiel aux plantes et aux animaux. Et je suis d'avis, mon cher Baudelaire, qu'il en était de même pour vous ! je veux dire que votre corps et votre âme étaient de même nature que celle des plantes et des animaux. :)
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.

Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 3299
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Re: Lettres de Baudelaire (1841-1866)

Message par Montparnasse » 02 juillet 2016, 11:23

A propos des Fleurs du mal,

Extrait d'une lettre adressée à M. Ancelle (18 février 1866)

Et vous avez été assez enfant pour oublier que la France a horreur de la Poésie, de la vraie poésie ; (...) que quiconque s'applique à mettre l'orthographe passe pour un homme sans cœur (ce qui est d'ailleurs assez logique, puisque la passion s'exprime toujours mal) ; enfin, qu'une poésie profonde, mais compliquée, amère, froidement diabolique (en apparence), était moins faite que toute autre pour la frivolité éternelle !
Faut-il vous dire, à vous qui ne l'avez pas plus deviné que les autres, que dans ce livre atroce j'ai mis tout mon cœur, toute ma tendresse, toute ma religion (travestie), toute ma haine ? Il est vrai que j'écrirai le contraire, que je jurerai mes grands dieux que c'est un livre d'art pur, de singerie, de jonglerie, et je mentirai comme un arracheur de dents.
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.

Répondre