Encart

Avatar de l’utilisateur
Liza
Grand condor
Messages : 1433
Inscription : 31 janvier 2016, 13:44
Localisation : France

Encart

Message par Liza » 11 septembre 2018, 21:15

       Encart

   Mardi, nous sommes montés dans le car de bonne heure. Nous avons eu un chauffeur et un véhicule de ramassage scolaire, le car grand confort n’était pas encore rentré. Pour trois cent cinquante kilomètres, ce n’est pas important.
   Eh bien si ! Les sièges destinés à des enfants pour de petits parcours sont plus rapprochés. Nous sommes serrés, mes genoux touchent le dossier devant moi et ceux du passager derrière me rentrent dans le dos. Les bus scolaires font un circuit court, ils ne sont pas équipés de GPS ni de badge pour les péages de l’autoroute, ce qui empêche de l’emprunter. David, notre chauffeur ne connaissait pas la route, ce qui nous a valu quelques erreurs et des demi-tours assez folkloriques au milieu de la circulation.

   J’étais invitée pour « animer » les six heures de route. Nous avons fini par trouver comment raccorder Tornado au circuit fermé du car par l’entrée USB. Heureusement, mon clavier fonctionne en bleu qui tousse, parce que le fil était à peine assez long pour poser l’ordi sur le tableau de bord. Enfin, liaison établie. Je m’installe « à la terrasse », le premier rang à droite après la porte latérale, celle qui a la vue directe sur les toilettes.
   Un pépère a dû bricoler l’écran au-dessus de moi, il refusait de se déplier. Celui qui est au-dessus du pare-brise fonctionnait, toutefois, une surface de dix-neuf pouces donne une image bien minuscule pour les passagers du fond. J’ai lu des histoires aux anciens, dont une bonne partie des miennes. C’était un bel échange avec les commentaires de chacun. Eh, ne rigolez pas ! je ne connais pas mes histoires par cœur, je vous rassure, je les lisais aux doigts au fur et à mesure.

   Après quelques déroutages nous sommes arrivés dans un des plus beaux villages de France (sic)… Je me suis levée péniblement et j’ai failli dévisser en descendant l’à-pic des marches. J’ai terminé cette piste noire dans les bras d’un grand-père qui n’avait pas accueilli une fille dans ses bras depuis bien longtemps !
   Le guide nous a raconté l’histoire de ce patelin (Saint-Céneri-le-Gérei) et de l’auberge Moisy où on loge à pied et à cheval. Les peintres Jean-Baptiste Corot, Eugène Boudin, Henri Harpignies, Paul Saïn et d’autres ont pris pension dans cet écrin des Alpes mancelles. Les anciens ne quittaient pas la montre des yeux, ils se demandaient à quelle heure nous allions déjeuner. Ma parole, ils sont venus uniquement pour manger, dirait-on !

   Au restaurant, j’étais classée horsin, du fait de la cécité et de mon parachutage dans un groupe de vieilles connaissances, on m’a placée à côté du chauffeur. Je me suis fait un copain du bonhomme en cédant à mon péché de curiosité pour sa mécanique. Le VanHool Astrom mesure 13,42 m sur 2,55 de large, il pèse 24 tonnes en charge et accueille 55 passagers, il consomme 27 litres de gazole aux 100 kilomètres. Le drôle de bruit entendu lors des ralentissements est produit par l’étranglement de l’évacuation des gaz d’échappement, cela sert à augmenter le frein moteur (bonne nouvelle, ce n’est pas la mécanique qui perd ses boulons). Le frein électrique (Telma) second système de freinage annexe, comme le frein principal, n’émet aucun bruit. Évidemment, le chauffeur ne boit pas de vin, moi non plus, je te rassure, notre part n’est pas restée en carafe ! Après la tarte au calva coiffée d’une boule de glace plombière, nous avons embarqué pour la base de loisirs de Sillé-le-guillaume.

   Heureusement, il faisait beau, toutefois, j’ai enfilé le gilet avant de m’installer dans le petit train pour faire le tour du lac. J’étais à l’avant avec un petit bonhomme de gamin qui me tenait la main. Il ne faisait pas partie de notre groupe, toutefois il s’était attribué la mission de veiller sur moi. De l’autre côté, un pépère de quatre-vingts ans me regardait tout le temps, même s’il faisait semblant de ne pas me voir. Nous avons eu droit à l’épopée de la maison féodale « de Sillé » au service du comte du Maine, contre les assauts des Bretons puis des Normands, racontée par un haut-parleur nasillard.

   Pas le temps de respirer, en sautant du train, nous embarquons sur le bateau pour la croisière sur le lac. Au départ, le capitaine lance la cassette d’une enceinte amplifiée ou une voix de femme débite le commentaire. Le rafiot en tôle, grince et vibre sous les efforts des vingt-cinq chevaux du moteur, couvrant la voix de la petite dame. Rien de perdu, c’est, au mot près, la même histoire que celle du train.

   Je n’ai pas pris le pot du départ, avec le principe des vases communicants, je n’avais nulle envie de descendre dans le trou minuscule servant de toilette. Je n’en ai pas parlé ? Il se trouve dans la saignée de la montée lorsque l’on entre par la porte au milieu du car. La porte est minimaliste. Normalement, en la fermant, la lumière s’allume. Que dalle ! étant au balcon juste devant, j’ai entendu râler les candidats au soulagement sur ce défaut d’entretien. Ce n’est pas ce qui motivait ma gêne. L’endroit est d’une étroitesse incroyable. Juste la place de mettre un pied de chaque côté d’une petite cuvette fixée sur la soute à bagages. La cloison du fond suit l’inclinaison du dossier suivant, donc, il faut se pencher en avant sinon on mouille le plancher.

   J’avais repris l’animation, je racontais les histoires écrites, projetées sur les écrans. Évidemment, la batterie de mon collier bluetooth était épuisée, le stock d’histoires aussi, je me suis lancée dans des improvisations. Les passagers y sont allés des leurs, suivies de quelques chansons vantant le bou berr « le bon boire). Vers Alençon notre chauffeur s’est complétement égaré, il ne savait plus quelle direction prendre. Lou s’est dévoué pour le tirer d’affaire. Depuis quatorze ans, le chemin d’Alençon à la maison il l’a fait bien souvent. Eh ! il n’allait pas laisser une gentille petite comme moi se morfondre au couvent le week-end.

   Les joyeux passagers réclamaient des chansons, des chansons… Tornado n’est pas un juke-box , j’ai fait le tour de mes fichiers, je n’ai rien trouvé… si ce n’est Mistral gagnant, Mon vieux et Si j’étais un homme, le tout chanté par…BB (ma petite aide). Un peu rengaine écouté en boucle. Finalement, j’ai envoyé le karaoké (musique et paroles écrites sur les écrans). Chanté une quarantaine de fois par des voix plus ou moins mélodieuses, plutôt moins d’ailleurs, je saturais rapidement. Enfin, l’ambiance était à la joie, avais-je rempli ma mission ? J’avais la gorge arrachée en arrivant, je ne pouvais plus parler. Les applaudissements à l’arrivée étaient-ils pour moi ou le conducteur ? Je ne savais pas !

   Le chauffeur a fait descendre tout le monde par la porte à l’avant du car, moins casse-cou que celle du milieu. J’ai eu droit au bisou de chacun des passagers. Au moment où le président du club de l’Amitié m’a remis une lourde enveloppe, je n’ai pas compris. Arrivé à la maison, Nana a compté 107 € en pièces pour humidifier ma salive. Ils avaient passé une corbeille pour la conteuse. Cela m’a rappelé les messes de ma jeunesse au couvent, où je tendais la corbeille et je frappais le sol d’un coup de canne impatient, si je n’entendais pas tomber la monnaie.

      Liza
On ne me donne jamais rien, même pas mon âge !
Ma page Spleen...

Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 3678
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Re: Encart

Message par Montparnasse » 12 septembre 2018, 19:52

J'ai remplacé Fibre par Vibre.

Qu'entends-tu par « Un peu rengaine écouté en boucle. »

Merci pour ce joli texte, Miss. (pouce)
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.

Avatar de l’utilisateur
Liza
Grand condor
Messages : 1433
Inscription : 31 janvier 2016, 13:44
Localisation : France

Re: Encart

Message par Liza » 12 septembre 2018, 20:14

Évidemment vibre, j'ai l'oreille paresseuse semble-t-il...
Les trois chansons de BB qui passent en boucle cela lasse vite.
On ne me donne jamais rien, même pas mon âge !
Ma page Spleen...

Avatar de l’utilisateur
Dona
Grand condor
Messages : 1894
Inscription : 04 janvier 2016, 21:45

Re: Encart

Message par Dona » 15 septembre 2018, 17:39

Un joli compte-rendu de cette excursion !

ps : je comprends... pour la rengaine... :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Loustic
Mouette rieuse
Messages : 191
Inscription : 15 mars 2016, 10:43

Re: Encart

Message par Loustic » 21 septembre 2018, 21:06

Pas assez romancé, tu aurais pu en faire une belle rigolade
Enfin écriture simple, c'est déjà une avancée
Le nègre en littérature c'est un blanc qui travaille au noir pour un écrivain marron ! (Popeck)

Répondre