Bis pi

Avatar de l’utilisateur
Liza
Grand condor
Messages : 1433
Inscription : 31 janvier 2016, 13:44
Localisation : France

Bis pi

Message par Liza » 26 juillet 2018, 21:58

     Bis pi

   La promenade sur les remparts autour de la préfecture est un vrai régal, il y a des bancs, de l’ombre et du vent.
— Viens boire, il faut boire beaucoup avec cette chaleur !
   Normal on entend plus que cela. À force de boire… je ne souffre pas de déshydratation, je suis même prête à déborder. Je n’aime pas utiliser ces trucs automatiques. Toi non plus ! je le sais. Je ne suis pas claustrophobe, toutefois il y a toujours un sentiment de méfiance vis-à-vis de ces installations.
   Après une hésitation, je me dirige vers la Sanisette. De loin, je distingue une affichette scotchée sur la porte. J’ai compris tout de suite. Toi aussi, j’en suis certaine ! L’affiche indique que le petit coin ne reçoit pas, la water ne coule plus c'est closed pour cause de manque d'écoulement ! Un comble. Non ?

    Je retourne m’asseoir pour réfléchir. Je serre les cuisses en faisant une grimace. Plus tu y penses, plus tu as envie. Ben oui ! ne plus y penser, tu ne peux pas, alors tu serres plus fort. Trop tard pour aller chercher une place assise sur un trône dans le bâtiment.
   Cela ne t’est jamais arrivé ? eh si, à la piscine, peut-être, là ça ne compte pas ! Une fois, nous avions tellement ri, les larmes me sont montées aux yeux et bien au-dessus, enfin, elles sont surtout descendues plus bas, bon tu avais compris ? Lorsque tu es chez toi, tu passes un coup de débarbouillette sur la fuiteuse, tu caches la honteuse margoulette dans un ramasse gouttes propre et tu retournes rigoler.

   Dans un jardin rempli de monde tu serres les fesses, en attendant mieux. En attendant quoi ? Qu’elles se transforment en éponge ? Tu rêves ma petite ! Tu serres un coup de plus et là, résignée… tu lâches tout. En jetant des coups d’œil inquisiteurs à droite et à gauche, tu glisses, discrètement le bout de tissu, dernier rempart de ta vertu, sur tes cuisses. Tu te tortilles pour le récupérer sur les chevilles et, rapidement, tu te l’enfonce… dans ta poche. La voie est dégagée, toutefois rien n’est réglé.
   Si tu étais un homme ! Leur façon est plus discrète. Tu t’approcherais du garde-corps et tu lâcherais tout en faisant semblant de regarder le paysage. Ce doit être marrant ! Imagine un peu, du haut des remparts. Lorsque le gars en dessous s’apercevrait qu’il ne s'agit pas de pipi d'ange, tu aurais fini depuis longtemps. Eh, les filles, réfléchissez, vous voyez la gymnastique à faire et le cocasse de ce genre de vidange ?

   J’aime bien ma petite robe légère qui flotte sur mon corps. Vague, elle laisse la place au moindre courant d’air qui prend plaisir à caresser ma peau afin de la rafraîchir. Gare, elle est née traîtresse, à la moindre humidité elle va me coller aux fesses.
    Il faut faire quelque chose. Oui quelque chose, un gros pipi, cela me convient ! J’avance en crabe au milieu des gens, inconscients du drame qui se joue devant eux. Dois-je composer le 15, peut-on baisser la lunette et relever le couvercle dans une ambulance ?

   Un comble, on aura tout vu, moi qui ai horreur de ce truc en tôle, me voilà occupée à essayer de force la porte à mains nues. En faisant le tour de cet endroit désespérément clos et si peu accueillant, je trouve les urinoirs des hommes, à ciel ouvert. Quelle injustice ! Non seulement, ils s'égouttent sans mettre la pièce dans la fente, surtout, pour eux, ce n’est jamais fermé.
   Une haie protège l'endroit des regards, rien en vue, après tout c’est fait pour cela, c'est son rôle ! Homme ou femme qui se plaindra ? Je remonte la robe et m’accroupis au mieux pour ne pas éclabousser mes grolles. Quel soulagement…

    Provisoire, le jet s’interrompt tout net ! Décidément, il y a des jours sans et des jours avec. Deux jeunes gens arrivent, la main sur la braguette. Imagine le tableau ! Millet en ferait une toile : Clair de lune aux remparts ! J’ai lâché sans y penser.
— Pardon mesdames, c’est occupé !
   Tu trouves cela marrant, tu rigoleras moins lorsque cela t’arrivera !

       Liza
On ne me donne jamais rien, même pas mon âge !
Ma page Spleen...

Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 3678
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Re: Bis pi

Message par Montparnasse » 27 juillet 2018, 16:32

Tu trouves toujours un angle comique à ces choses un peu grivoises. Bravo ! Il faut aussi que je référence. Serai-je en retard ? Le couscous m'a pris trop de temps. Et la varicelle de mon grand dadais (Achille). smile
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.

Avatar de l’utilisateur
Dona
Grand condor
Messages : 1894
Inscription : 04 janvier 2016, 21:45

Re: Bis pi

Message par Dona » 28 juillet 2018, 15:09

LOL ! Moi aussi, j'aimerais bien être un garçon pour ce genre de choses ! :)Mais j'aime trop lorsque c'est une fille qui raconte !!!! :coeur:

Avatar de l’utilisateur
Liza
Grand condor
Messages : 1433
Inscription : 31 janvier 2016, 13:44
Localisation : France

Re: Bis pi

Message par Liza » 28 juillet 2018, 16:16

Nous ne vivons pas la situation de la même façon, c'est certain.
Je n'ai pas voulu envenimer la situation. Imagine pour moi ?
Il faut que quelqu'un me prenne en remorque.
Ce n'est plus comique, c'est tragique !

Il faut que j'attaque la photo !
On ne me donne jamais rien, même pas mon âge !
Ma page Spleen...

Avatar de l’utilisateur
Liza
Grand condor
Messages : 1433
Inscription : 31 janvier 2016, 13:44
Localisation : France

Re: Bis pi

Message par Liza » 28 juillet 2018, 18:09

J'ai ajouté sept mots très « allusionnistes »
On ne me donne jamais rien, même pas mon âge !
Ma page Spleen...

Répondre