Les Traces

Avatar de l’utilisateur
romithefox
Mouette rieuse
Messages : 169
Inscription : 01 août 2016, 13:37

Re: Les Traces

Message par romithefox » 17 octobre 2016, 22:29

Eh bien tu as une imagination débordante si ce n'est pas véridique, on reconnaît bien l'historienne dans ce passage :hehe: Hmm je préfère que ça soit faux en fait !
Tu as finis par sécher sur l'histoire ? Je suis sûre que tu vas rebondir quand tu auras laissé reposer un peu !
Ah ! Aurais-je mis le doigt sur une faiblesse ? Je n'avais pas remarqué jusque là ! :mrgreen:
Oh mais de rien, j'ai hâte de lire les cinq autres ! :D

Avatar de l’utilisateur
Liza
Grand condor
Messages : 1406
Inscription : 31 janvier 2016, 13:44
Localisation : France

Re: Les Traces

Message par Liza » 18 octobre 2016, 07:42

Bravo Dona, j'attends la suite avec ferveur.
La vie est une maladie mortelle, sexuellement transmise, qu'il fait bon vivre !
Ma page Spleen...

Avatar de l’utilisateur
Dona
Grand condor
Messages : 1867
Inscription : 04 janvier 2016, 21:45

Re: Les Traces

Message par Dona » 18 octobre 2016, 21:37

Vos encouragement me vont droit au coeur, merci ! :bouquet:


J'ai commencé cette histoire sans plan, alors évidemment, à un moment,ça bloque.

J'ai effacé plusieurs passages déjà car je me suis rendue compte qu'on ne pouvait pas donner autant d'information dès le début. Ca casse le suspense.

Autre maladresse : le mort.
C'est certain qu'il y a des disparus pendant cette guerre civile. Néanmoins, les généraux de cette épopée, on le connaît tous. Aucun n'a été porté disparu. Il faut que je trouve une autre identité à ce cadavre. Je fais des recherches... Malheureusement, les atrocité commises pendant la guerre de Vendée sont telles que je ne peux pas les lire (je les connais par oral, j'avais épousé un fan de cette période !)
Si le mort n'est pas un personnage puissant et célèbre, pourquoi l'aurait-on recherché ? Il y a eu des dizaines de disparus à cette époque, on ne 'est pas amusés à tous les retrouver.
Si j'invente une personnalité historique, je ferai comme disait Dumas : "Il est permis de violer l'Histoire, à condition de lui faire un enfant." Bon... c'est à voir... Il faut vraiment que ça tienne la route comme roman , alors !

Autre particularité :je vois que vous n'avez pas remarqué un détail incongru...
Je ne vous en accuse pas, bien au contraire ! Ca a été le même cas pour les quelques proches qui ont lu ce début de roman. Comme vous : il n'ont rien remarqué. Ceci peut vouloir dire qu'ils ont été pris dans l'histoire, c'est un avantage. Pourtant, c'est un détail choquant.
Vous donnez votre langue au chat ? Je vous dis ? :)
Voilà : pourquoi les deux soldats auraient-il enterré le mort ? Et avec quoi ?
Les deux gardes de Turreau ont déserté le campement en pleine nuit. Qu'ils tuent un rebelle, ça s'admet. Mais qu'ils l'enterrent, pourquoi ?
De plus, pour l'enterrer, il faut au moins une pelle (ils sont deux) et du temps. Où trouvent-ils la pelle ? Ils n'en ont pas sur eux... Il faut donc qu'ils se rendent dans un endroit du domaine où en trouver une...Or, ils ne connaissent pas la propriété...
Pas très crédible...

Et je me retourne ça dans la tête toutes le nuits en ce moment :mrgreen:

Dès que j'ai trouvé, promis je fais la suite ! ;)

Avatar de l’utilisateur
Liza
Grand condor
Messages : 1406
Inscription : 31 janvier 2016, 13:44
Localisation : France

Re: Les Traces

Message par Liza » 19 octobre 2016, 18:48

Désolée, je n'ai pas remarqué non plus.
La vie est une maladie mortelle, sexuellement transmise, qu'il fait bon vivre !
Ma page Spleen...

Avatar de l’utilisateur
romithefox
Mouette rieuse
Messages : 169
Inscription : 01 août 2016, 13:37

Re: Les Traces

Message par romithefox » 21 octobre 2016, 15:05

Ah oui je n'avais pas du tout remarqué ce détail, je suis quasiment sûre qu'il n'y aura personne d'autre que toi qui le remarquera !
Il est permis de violer l'Histoire, à condition de lui faire un enfant.
Je n'avais jamais vu cette citation, tu es donc en pleine grossesse ::d
Moi aussi je m'étais lancée dans une histoire sans avoir de plan, je n'ai toujours pas réussi à me débloquer ! Si tu as une solution miracle, je suis preneuse ! :hehe:

Avatar de l’utilisateur
Dona
Grand condor
Messages : 1867
Inscription : 04 janvier 2016, 21:45

Re: Les Traces

Message par Dona » 21 octobre 2016, 21:15

Non, non Aureplume : c'est bien camaïeu que je voulais dire. Je suis sortir ce matin (21 novembre) et forte de ta remarque, j'ai bien regardé les arbres en allant acheter le pain. A cette époque-là, après le dégradé, on en arrive au camaïeu :mrgreen: Mais bon, si les lecteurs pensent que je fais des fautes, je vais peut-être écrire dégradé...

Ah... j'ai déjà assez affaire avec l'histoire, le rythme, les phrases trop longues, la ponctuation... et cette histoire de macchabée qui commence à me peser... :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Aureplume
Pie volage
Messages : 141
Inscription : 02 août 2016, 15:45

Re: Les Traces

Message par Aureplume » 21 octobre 2016, 23:50

Camaïeu est plus beau, garde le :p !
Disons que ça marche pour un arbre qui passe du jaune orangé a orange foncé/marron (même couleur plus ou moins foncee )Pas pour un arbre qui irait du vert au jaune (dégradé bleu jaune) ou du jaune au orange/rouge (dégradé jaune rouge)

Et ma remarque était en fait liée à mes études de geo en cartographie dans lesquelles on utilise des camaïeux et des dégradés de couleurs pour remplir les cartes (alors ça me monte à la tête ;))


Edit du message : et ma remarque était plus une boutade qu'autre chose, lié justement à tous les camaïeux et dégradés que je me mange. Tu ne pouvais pas le savoir mais c'est pour ça qu'elle n'est restée que sur le chat, elle n'avait pas la prétention de s'affirmer comme une critique ou même un truc à reprendre dans ton texte. Ce terme est rarement employé, c'est déjà bien de le trouver dans un texte :)
"Peindre en pleine forêt, c'est le rêve de n'importe quel fumeur de pétards !" T.

Avatar de l’utilisateur
Dona
Grand condor
Messages : 1867
Inscription : 04 janvier 2016, 21:45

Re: Les Traces

Message par Dona » 23 octobre 2016, 18:51

On garde "camaïeux" alors !;)

Avatar de l’utilisateur
Dona
Grand condor
Messages : 1867
Inscription : 04 janvier 2016, 21:45

Re: Les Traces

Message par Dona » 23 octobre 2016, 18:53

Allez, suite de l'histoire : chapitre 3 ! :)



Ch 3


" De Varque ouvrit la porte et s'effaça pour laisser entrer la jeune femme. Le vestibule, petit et tout juste garni d'un porte-manteau surchargé empestait le chien ; les vitres avaient gardé la buée dégagée par sa gueule ; les traces de pattes, terreuses, salissaient la partie centrale des carreaux. Ils franchirent très vite le seuil d'une grande pièce, une sorte de salle à manger très richement meublée, encombrée presque, d'un haut mobilier en bois massif et foncé. Une belle cheminée ornait le centre de la salle. L'ensemble n'était guère chaleureux et la lumière naturelle, plutôt chiche, obombrait les meubles, décuplant leurs formes imposantes.

- Vois rien !
De Varque pressa un interrupteur et un plafonnier jaunâtre éclaira la vaste pièce. Puis il se dirigea vers deux lampes à pied disposées de part et d'autre de la grande salle et les alluma toutes deux. Même avec ces trois points d'éclairage, l'endroit demeurait inhospitalier à cette heure où la lumière du jour décroît mais où la nuit n'est pas encore venue, à une heure où la lumière artificielle n'a pas gagné toute sa luminosité et répand plutôt une sorte de lueur blafarde et pisseuse. Elle n'était pas rassurée par cette drôle de maison, ce drôle de bonhomme et ce chien menaçant. Cependant, elle n'avait ni osé s'enfuir ni osé crier tant l'étrangeté de la situation l'avait surprise. C'était la première fois que cela lui arrivait. Personne ne savait où elle était partie et cela avivait son anxiété. Ce samedi-là, aucun de ses amis, collègues ou proches n'avaient connaissance de son emploi du temps. Elle vivait seule, personne ne l'attendait. Elle avait garé sa voiture assez loin, en contre bas du village puis s'était dirigée à pied vers « L'Oustalet », seulement guidée par les notes explicatives que la Commission de recherches avait enregistrées sur le site de l'association. Le téléphone était finalement l'occasion de se faire localiser et d'essayer de traduire, à propos couverts, la difficulté de sa situation.
Allez, faut téléphoner, maintenant ! fit le vieux avec une sorte d'aspiration de la bouche, comme s'il eût craché plutôt que de parler.
La jeune femme se dirigea vers un guéridon, un téléphone y était posé.
- Puis-je m'asseoir ?
- Allez, allez oui ! Verre d'eau ou autre chose ? Et il laissa traîner ces derniers mots, comme s'il attendait qu'elle répondît tout de suite.
Varque s'adressait à elle plutôt aimablement, remarqua-t-elle. Même, il avait l'air plus gentil, presque joyeux. En souriant, il continua :
- Martini ? Porto ? Kir ? On peut. On va boire l'apéritif.
Et il se dirigea vers un meuble bas dont il ouvrit la porte. Par un geste ample de la main, il désigna de nombreuses bouteilles, rangées sur les deux étagères. Et il eut un geste vif, une sorte de mouvement en avant comme s'il lançait quelque chose en l'air et même un petit rire. Ca semblait vouloir dire qu'il y avait beaucoup de choix.
- Venez ! Venez y voir ! Vous pouvez choisir. Ah ça ! Y'en a là-dedans !
Il avait pris un air presque guilleret, à la manière d'un bonhomme fruste qui se réjouit à l'idée de montrer des victuailles chèrement acquises à son hôte, comme si c'était un privilège d'en posséder autant. Etait-ce la promesse d'une saoulerie à venir qui le réjouissait autant ? Il semblait très gai de pouvoir enivrer un de ses invités, de lui faire bénéficier de ses largesses comme s'il avait été très riche. Clara acquiesça du regard, faisant mine d'admirer ce qu'il lui montrait mais déclara qu'elle préférait un jus de fruits.
L'homme parut décontenancé puis surpris, puis désabusé. Il se dirigea vers un haut vaisselier pour prendre deux verres et disparut, certainement dans une sorte d'arrière-cuisine d'où elle distingua nettement le bruit d'une porte de frigidaire qu'on ouvre et qu'on ferme. Dans ce genre de demeure, la cuisine n'est jamais la pièce voisine d'une grande salle à manger. Puis il revint dans la pièce, portant dans ses larges mains, les jus de fruits.
Clara avait ouvert son téléphone et déroulait la liste de ses contacts.
- Je peux téléphoner alors ?
- Oui. A qui ?
- A deux de mes confrères. Nous travaillons dans la même zone géographique, ils sont historiographes, comme moi.
- Ils savent pour le mort ? Ils savent que vous êtes là ?
- Oui.
- Alors, appelez-les. Appelez ! Je sers un petit coup pendant ce temps-là !
- Je... Je prends le mien ?
- Le mien de ?
- Mon téléphone.
- Non ! J'vous ai dit qu' y' avait pas de réseau !

De Varque fit tinter une bouteille de ce qui semblait être un vin cuit contre son verre et se servit. Puis, il demanda si elle préférait du jus d'orange ou d'ananas et ce faisant, il prit un air dégoûté en désignant les deux briques de jus de fruits, d' un air pincé et comique comme s'il dédaignait d'accorder, à ces deux boissons, un quelconque intérêt. Il se leva pour apporter un verre plein à Clara puis s'enquit, en furetant à nouveau dans le vaisselier, de garnir un petit plat de gâteaux apéritifs qu'il disposa tout près d'elle, sur une console, près du guéridon. Puis il prit une chaise, son verre et s'assit près d'elle, l'air satisfait.
- Allez, on trinque Madame Desmarts !
De l'homme inquiétant de tout à l'heure, il ne subsistait rien. De Varque avait l'air tout à fait réjoui à présent. Son regard était devenu rieur et le bonhomme lui souriait largement esquissant des gestes volubiles et assez drôles en désignant les deux verres. Plusieurs fois, il mima de l'index le fait qu'ils allaient boire ensemble et son doigt allait et venait entre elle et lui, dans un va-et-vient incessant accompagné d'un hochement de tête de contentement.C'était rassurant. Maintenant, la nuit tombait rapidement. Les lampes du salon et le lustre du plafond rayonnaient de lumière. La salle avait quitté son atmosphère sombre et une luminosité plus vive, moins fantoche, plus agréable la rendait beaucoup plus accueillante.
Après avoir trinqué, Clara but quelques gorgées et en masquant du mieux qu'elle pût le léger tremblement de ses mains, elle reposa son verre sur le guéridon, se saisit du combiné et composa le premier numéro. "

Avatar de l’utilisateur
Dona
Grand condor
Messages : 1867
Inscription : 04 janvier 2016, 21:45

Re: Les Traces

Message par Dona » 03 mars 2017, 19:04

Bonjour !


J'avais arrêté ce début de roman pour deux raisons :

- la première : parce que je ne parviens pas à trouver la raison pour laquelle ce soldat vendéen a été enterré par ses meurtriers puisque le crime était légitimé par le gouvernement de l'époque

- la deuxième : parce que cela mettait en cause et dénonçait l'oligarchie des associations d'historiens vouées à la cause du génocide vendéen.


Voilà qu'un concours d'écriture se met en place en Vendée : il faut essentiellement que l'intrigue se déroule sur le sol vendéen, c'est le concours idéal pour "Les Traces".

Donc, je vais m'y remettre... je veux, je voudrais tant, je souhaite vraiment m'y remettre!... mais pourquoi le soldat est-il enterré ?

A vot' bon coeur messieurs dames ! Si vous en trouvez la raison, je vous offre un petit cadeau ! :)

Répondre